Prix Arouet 2017


Prix ArouetLe Prix Arouet est décerné à l’album qui représente le mieux l’esprit social de Voltaire ; et qui, par son idée originale, son scenario, ses qualités graphiques et son plaisir de lecture permet de faire évoluer les mentalités sur un sujet de société.

François-Marie Arouet, dit Voltaire, était un personnage complexe qui continue aujourd’hui encore de provoquer débats et querelles quant à ses prises de position : philanthrope pour certains, esclavagiste pour d’autres, altruiste d’un côté, mégalomaniaque de l’autre. A travers notre prix, nous avons choisi de mettre en valeur le philosophe des lumières plus que le personnage clivant que ses détracteurs décrivent.

Dans la lignée de son combat pour la liberté d’expression et la tolérance, illustré par ses engagements dans certains procès (dont la fameuse réhabilitation du protestant Calas) ou ses nombreux écrits (rappelez-vous Zadig, Candide ou le Traité sur la Tolérance), Voltaire a multiplié les prises de positions publiques pour favoriser la prise de conscience, l’ouverture à I’autre et la tolérance.

Cette sélection vise donc à récompenser l’album BD publié en 2016 qui incarne au mieux ces combats égalitaires et de tolérance portés par Voltaire.

Après une longue concertation, le jury de l’association a sélectionné 10 albums répondant à ces critères et éligibles au Prix Arouet 2017.

Le vainqueur sera annoncé lors de la soirée d’ouverture du festival, le 19 Mai 2017.

Bonne lecture !

 

 

  • Kobane Calling – Zerocalcare (Cambourakis)

couv_kobane_callingEnvoyé par l’Internationale (le Courrier International italien), Zerocalcare part aux confins de la Turquie, de l’Irak et du Kurdistan syrien pour rejoindre la ville de Kobané, à la rencontre de l’armée des femmes kurdes, en lutte contre l’avancée de l’État islamique.

À partir de ce voyage, Zerocalcare livre un reportage d’une sincérité poignante, un témoignage indispensable et bouleversant qui s’efforce de retranscrire la complexité et les contradictions d’une guerre si souvent simplifiée par les médias internationaux et le discours politique.

Le tout avec l’inimitable ton, extrêmement drôle et touchant, le langage et l’univers d’un auteur qui sait interpréter comme personne, le quotidien, les craintes et les aspirations de sa génération.

 

© Cambourakis

 

 

 

 


 

  • Love story à l’iranienne – Deloupy / Jane Deuxard (Delcourt)

 

couv_lovestory_iranienneLes jeunes Iraniens rêvent-ils encore d’en finir avec le régime ?

Comment se rencontrer dans cette société qui ne le permet jamais ?

Comment flirter ?

Comment choisir sa femme ou son mari ?

Malgré la tradition, malgré le régime. Des journalistes ont interviewé clandestinement de jeunes Iraniens pour donner un éclairage politique et social.

Comment échapper à la police pour vivre sa love story ?

© Delcourt

 

 

 

 


 

  • Un petit bout d’elles – Zidrou / Beuchot (Le Lombard)

 

couv_petitbout_delleYue Kiang travaille sur un site d’abattage d’arbres pour une entreprise chinoise. Malgré l’interdiction formelle de fréquenter les filles du coin, Yue s’est lié à une congolaise, Antoinette, ainsi qu’à sa fillette Marie-Léontine.

Un soir, dans la couche de sa belle amie, Yue découvre la blessure intime d’Antoinette: une cicatrice terrible, comme une injure à sa féminité. Combien sont-elles comme elle, exilées de leur propre corps, victimes d’une tradition aussi monstrueuse que tenace ? Combien ?

Elles sont 150 millions de par le monde.

Mais qu’importe à Yue et Antoinette ces chiffres qui donnent le vertige. Seul leur importe Marie-Léontine. Que jamais la fillette ne soit, à son tour, victime de cette tradition abjecte !

 

© Le Lombard

 

 

 


 

  • Confessions d’un enragé – Otero (Glénat)

 

couv_confessions_dun_enrage

Fin des années 1970. Dans les rues de Rabat au Maroc, Liam, un petit garçon, est attaqué par un chat errant. Transporté d’urgence à l’hôpital, le diagnostic est sans appel : il a attrapé la rage.

Gravement contaminé mais soigné à temps, Liam a frôlé la mort, mais sa vie s’en retrouvera changée à jamais. Hanté par le fantôme de ce chat, le jeune garçon va développer des capacités hors-norme, et une sauvagerie quasi animale…

Entre fantastique et récit initiatique sur l’enfance, Nicolas Otero signe un roman graphique qui bouleverse et bouscule, où son dessin tranché, ses couleurs vives contrastant avec la noirceur du propos et son écriture brutale explosent à chaque page.

© Glénat

 

 

 

 

 


 

  • Le rapport de Brodeck – Manu Larcenet (Dargaud)

 

couv_rapport_brodeck1

Voici le nouveau chef-d’oeuvre de Manu Larcenet ! Une sublime adaptation du best-seller de Philippe Claudel.

Manu Larcenet s’attaque pour la première fois à une adaptation, celle du chef-d’oeuvre de Philippe Claudel, Le Rapport de Brodeck. Mais lorsque l’auteur de Blast et du Combat ordinaire s’empare du texte, c’est pour le faire sien et lui donner une nouvelle vie, éclatante, sombre et tragique.

Des pages d’une beauté stupéfiante, magnifiant la nature sauvage et la confrontant à la petitesse des hommes ; une plongée dans les abîmes servie par un noir et blanc sublime et violent. Un très grand livre.

Manu Larcenet adapte de façon majestueuse le best-seller de Philippe Claudel : un chef-d’oeuvre.

© Dargaud

 

 

 

 

 


 

 

  • Exarcheia L’orange amère – Nicolas Wouters / Dimitrios Mastoros (Futuropolis)

 

couv_exarcheia

 

Exarcheia est un quartier d’Athènes.

Un lieu qui ne connait aucun équivalent en Grèce et raconte tant sur la situation du pays. Là, pratiquement tout le monde est militant. Une tradition qui remonte au temps de la junte militaire, lorsque de nombreux poètes et activistes ont pris la parole alors que le pays était paralysé par la peur.

Nikos a 26 ans, il est étudiant et peu concerné par la situation politique de son pays.
Il revient dans le quartier de son enfance pour profiter du soleil et des festivals. Il est venu saluer son oncle et sa tante qui tiennent un bistrot anarchiste et quelques anciens camarades, avant de partir en vacances. Mais voilà, son oncle Christos est à l’hôpital suite à une attaque cardiaque depuis que des immigrés squattent le bâtiment dont il est propriétaire et le café périclite sous les yeux fatigués de sa tante Natalia.
Les habitants du quartier ont pris possession d’un ancien parking qu’ils ont transformé en parc sous l’impulsion de Tzibis, ami d’enfance de Nikos qui rêve de le voir lutter avec eux. Nikos décide de reporter ses vacances et d’aider un peu ses proches le temps que les choses se calment.
© Futuropolis

 

 

 


 

 

  • Le crépuscule des idiots – Jean-Paul Krassinsky (Casterman)

 

couv_le_crepuscule_des_idiots

Diou existe-t-il ?

 

« Certains humains sont bêtes comme des singes, dit-on. Mais il est des singes qui sont sots comme des humains.  »

 

Une satire mordante sur les errements des prophètes et religions de tout poil.

© Casterman

 

 

 

 

 


 

  • Ce qu’il faut de terre à l’homme – Martin Veyron (Dargaud)

 

couv_ce-qu-il-faut-de-terre-a-l-homme

Ce qu’il faut de terre à l’homme est le nouvel album de Martin Veyron : une fable au thème universel et intemporel : la cupidité des hommes.

Sur son lopin de terre de Sibérie, le paysan Pacôme vit avec sa femme et son fils. Il n’est pas riche mais il subvient aux besoins de sa famille. Cependant, Pacôme se sent à l’étroit. « Si seulement j’avais plus de terres, soupire-t-il en regardant par-delà la clôture, je pourrais être tout à fait heureux. » Un appétit, tant pour les terres que pour ce qu’elles rapportent, qui va aller grandissant…

D’après une nouvelle de Léon Tolstoï.

© Dargaud

 

 

 

 

 


 

 

 

  • Le temps des sauvages – Sébastien Goethals / Thomas Gunzig (Futuropolis)

 

couv_-le_temps_des_sauvages

Dans un futur pas très lointain, la société de consommation étend son emprise dans tous les domaines de la vie quotidienne. Le vivant a été privatisé. Les grands groupes industriels détiennent des copyrights, notamment sur des « améliorations » génétiques.

L’être humain est génétiquement modifié et doté des qualités de certains animaux (endurance, combativité) en fonction de ses moyens.

Dans un supermarché, un licenciement d’une caissière tourne mal, elle meurt par accident. Ses quatre fils qu’elle n’a pas vus depuis des années, Blanc, Brun, Gris et Noir, quatre jeunes loups aux dents longues surentraînés et prêts à tout pour se faire une place au soleil, se mettent en quête de punir le ou les responsables de sa mort.

© Futuropolis

 

 

 

 


 

 

  • Dieu n’aime pas papa – Davy Mourier / Camille Moog (Delcourt)

 

couv_dieu_naime_pas_papa

Un petit garçon questionne l’éducation religieuse que lui impose sa mère pour comprendre l’absence de son père. Une fiction drôle et émouvante sur la société moderne, la religion et la tolérance.

Tao, 8 ans, vit seul avec sa maman. Souvent, pendant qu’elle se cache pour pleurer, le petit garçon s’ennuie.

Alors il dessine la Bible dans son cahier, parce que sa mère dit que « toute la vérité et toutes les réponses y sont ». Sauf que Tao n’y trouve pas de réponse à l’absence de son père ni pourquoi sa maman lui dit que Dieu ne l’aime pas.

Lui, il l’aime, son papa… Et s’ils avaient tort ?

© Delcourt