Auteurs 2017


Du roman graphique à la BD historique, en passant par le reportage, la jeunesse ou l’humour, il y en aura pour tous les goûts !

Nous sommes heureux de vous annoncer les auteurs ayant confirmé leurs présences (dernière mise à jour le 11 Mai 2017) et vous prions de bien respecter la charte des dédicaces !

  • Warnauts et Raives (invités d’honneur)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Warnauts & Raives seront nos invités d’honneur cette année au festival de contrebande dessinée.

Plus d’infos sur leurs biographies et bibliographies.

 


  • David Ratte

Le voyage des Pères T5

David Ratte © Chacun sa bulle

David Ratte © Chacun sa bulle

David Ratte voit le jour en 1970 à Besançon.

Il empoigne son premier crayon à l’âge de 3 ans et ne le lâche plus. Au collège il créé un fanzine et y publie ses premières planches.

En 2001, il se décide enfin à tenter sa chance dans le 9e art. Il participe au 1er concours « jeunes auteurs » organisé par les éditions Delcourt et arrive second. 2 projets d’albums sont alors lancés, mais ne verront finalement pas le jour.

En 2004, il rencontre Arleston lors d’un festival et réalise plusieurs récits courts pour Lanfeust Mag.

En 2006, il créé la série « Toxic Planet » (3 albums à ce jour, éd. Paquet) et reçoit le Prix du meilleur album humour de l’année au festival de Chambéry.

L’année suivante, il crée la série « Le Voyage des Pères », qualifiée de premier road-movie biblique de la bande dessinée (éd. Paquet). Celle-ci est saluée par la critique et reçoit le Prix international de la BD chrétienne au festival d’Angoulême 2008, ainsi que le prix du Jubilé en 2011.

Parallèlement, entre 2009 et 2011, David Ratte illustre la série « Majipoor » (éd. Soleil) sur un scénario d’Olivier Jouvray.

Après « Le Voyage des Pères », David Ratte remet le couvert toujours de manière humoristique en se penchant cette fois-ci sur les épisodes bibliques des 10 plaies d’Égypte et de l’exode dans « L’Exode selon Yona » où il nous emmène explorer la vie des ancêtres de Jonas personnage principal et attachant du 1er cycle du « Voyage des Pères ».

Après la publication de « Mamada » entre 2013 et 2015, nouvelle série toujours en cours de création et à nouveau aux éditions Paquet, aujourd’hui, David Ratte poursuit l’aventure du « Voyage des pères » avec une 2e saison en cours de publication pour le plus grand bonheur des petits comme des plus grands.

 


  • Hugues Barthe

Hugues Barthe est un auteur français de bande dessinée, illustrateur et scénariste né en 1965. Originaire de Montbéliard, il dessine depuis son enfance, mais commence sa carrière par différentes expériences comme bibliothécaire ou libraire, avant d’intégrer les beaux arts de Besançon puis l’école de bande dessinées d’Angoulême, dont il est diplômé en 1997.

Sa première BD « Jean-François fait de la résistance » sera alors publiée en 2000 par Jean-Paul Jennequin via La Comédie Illustrée. Viendront ensuite « Le Petit Lulu » pour le magazine Hercule et la Toison d’or, puis “Dans la peau d’un jeune homo”, son premier succès.
L’été 79 et L’automne 79 viennent confirmer cette réussite avec deux albums autobiographiques abordant avec délicatesse les violences conjugales et la détresse d’un enfant se réfugiant dans le dessin.

 

Dernièrement, il publie « Bobby change de linge » (2016 – La Boîte à bulles), chronique sociale d’un jeune homme issu d’une classe populaire qui accède à la bourgeoisie ; et « Big Bang Saigon » (2017 – La Boîte à bulles) en tant que scénariste avec Maxime Péroz au dessin, pour un beau récit sensuel alliant développement personnel et voyage entre la France et le Vietnam.


 

  • Jean-Paul Krassinsky

Jean-Paul Krassinsky est né à Tegernsee (RFA) en 1972.

Il suit des études d’art à la Sorbonne de 1990 à 1992, puis étudie la communication à l’école Estienne jusqu’en 1994.

Il débute comme illustrateur, puis travaille comme story-boarder pour des agences de publicité avant de venir à la bande dessinée au début des années 2000. Il y multiplie les collaborations avec des artistes de tous horizons, comme David Calvo, Maïa Mazaurette ou Julien Delval.

En solo, il livre des albums atypiques, allant de la satire sociale à la fable poétique.

Il est également l’auteur de plusieurs livres jeunesse.

Krassinsky vit et travaille à Paris.

 


  • Jules Stromboni

Jules Stromboni - Mazzeru

Jules Stromboni – Mazzeru

Jules Stromboni

Diplômé de la célèbre école des Gobelins, Jules Stromboni a débuté sa carrière dans l’animation, oeuvrant sur de grands films comme Persépolis de Marjane Satrapi, et Tueur de cafards, de Tardi et Benjamin Legrand.

En 2008, il publie son premier album de bande dessinée intitulé Le Futuriste (Casterman). Toujours avec Olivier Cotte, il dessine ensuite L’Ultime défi de Sherlock Holmes pour la collection Rivages/Casterman/Noir.

Après avoir participé à la bande dessinée numérique Les Autres gens, Jules Stromboni publie L’Épouvantail en 2012 (avec notamment Amélie Marchandot invitée du festival 2017), puis la biographie Isadora Duncan l’année suivante chez Naïve.

Récemment, il publie « Mazzeru » chez Casterman, une atmosphère fantastique et tragique sous forme de huit-clos dans le paysage corse du 19e.

 

 


  • Nicolas Otero

Nicolas Otéro, dessinateur et coloriste, habite Lyon.

Toute juste diplômé de l’école Emile Cohl de Lyon en 2001, il réalise sur un scénario de Roger Martin sa première série ambitieuse sur le Ku Klux Klan : Amerikkka. La fulgurance de son trait semi-réaliste convient parfaitement à l’univers violent de la série auquel il apporte humour et distanciation.

Pour 2007, il se lance dans un projet personnel : Bonecreek, un western post-apocalyptique, tout en continuant la série Amerikkka qui connaît un succès et un écho grandissants.

En 2016, il publie « Confessions d’un enragé » chez Glénat, un roman graphique bouleversant évoquant le mal être d’un jeune garçon ; entre récit fantastique et biographie tragique, un album qui ne laisse pas indifférent.

Texte © Emmanuel Proust

 

 

 

 

 


  • Anne Riviere

Anne Rivière est née en 1968 à Toulouse et habite dans l’Ain, près de la frontière Suisse, avec sa famille.

Elle fait des études de droit, puis devient professeur d’école. Elle enseigne actuellement en CP / CE1, mais devient auteure d’ouvrages jeunesse en parallèle de sa carrière dans l’éducation nationale.

Enfant, elle écrivait déjà des poèmes et des contes pour sa famille et ses copines. Elle est maintenant professeure d’école en CP/ CE1 et maman de trois garçons. Ses enfants et ses élèves lui servent souvent de « testeurs d’histoires ».

 

Elle écrit notamment chez Nathan ou Magnard Jeunesse.

 

Texte © Ricochet 

 


 

  • Charles Masson

Charles Masson - Salles d attente

Charles Masson – Salles d attente

Charles Masson

Charles Masson

C’est un parcours hors du commun, mais non moins intéressant, que celui de Charles Masson.

Né en 1968 à Lyon, il est médecin ORL de formation (otorhinolaryngologie) et passionné de dessin. Il alterne alors les consultations et la bande dessinée, lui permettant de dépeindre les quotidiens inspirés de faits réels comme celui d’un SDF atteint d’un cancer dans “Soupe Froide” (2003 – Casterman Ecritures) pour lequel il obtient le Prix France Info de la BD d’actualité et de reportage en 2004, ou “Bonne Santé” (2005 – Casterman Ecritures).

 

Mais c’est “Droit du sol” (2009 – Casterman Ecritures) qui concrétise son succès, avec un roman graphique engagé témoignant de la situation des clandestins à Mayotte, qui fera d’ailleurs partie des finalistes du Grand Prix de la Critique en 2010.

 

En Janvier 2017, Casterman publie le recueil « Salles d’attente », composé de ses deux premières oeuvres Soupe Froide et Bonne santé, ainsi que trois nouveaux récits à découvrir.

 


 

  • Nikita Mandryka

Nikita Mandryka - Le concombre masqué

Nikita Mandryka – Le concombre masqué

Nikita Mandryka

Nikita Mandryka

Nikita Mandryka, dit Mandryka (pseudonyme Kalkus à ses débuts), né le 20 octobre 1940 à Bizerte, est un auteur de bande dessinée français d’ascendance russe.

Nikita Mandryka passe son enfance en Tunisie, avant de faire ses études secondaires en France, en particulier à l’Institut des hautes études cinématographiques. Il commence à publier ses premières bandes dessinées chez Vaillant, le journal de Pif : Les aventures potagères du Concombre Masqué et Les Minuscules. En 1967 il passe à Pilote, écrit des scénarios pour Monzon et continue Le Concombre Masqué dans Pilote.
Avec Claire Bretécher et Marcel Gotlib, il fonde en 1972-1973 L’Écho des Savanes dont il se retire en 1979. Il devient rédacteur en chef de Charlie mensuel en 1982 puis de Pilote en 1983 avant de devenir conseiller à la rédaction.
Il reprend Le Concombre Masqué pour Dupuis dans les années 1990-1993 : La dimension Poznave et suivants.

A l’occasion du festival, découvrez les petits opus de Mandryka publiés chez Alain Beaulet Editeur, avec le coup de coeur du libraire « Gardez l’argent » !

Texte © Babelio – Wikipedia 

  • José Roosevelt

José Roosevelt - Canar et Pinpin

José Roosevelt – Canar et Pinpin

José Roosevelt

José Roosevelt

Né au Brésil et immigré en Suisse par amour, José Roosevelt mène durant 30 ans une carrière réussie de peintre surréaliste. Cependant, depuis la lecture de ses premiers Carl Barks et Métal Hurlant, le démon de la BD ne l’a jamais lâché.

En 2000, il publie aux éditions Paquet un premier récit en 3 volumes : L’Horloge. Suivra La Table de Vénus dont l’édition entamée chez Paquet est finalement reprise sous forme d’intégrale par La Boîte à Bulles. Chez cet éditeur, de nouveaux volumes sont appelés à enrichir ce qui s’intitule désormais La Bibliothèque de Juanalberto.

Roosevelt a créé en 2002 Les Editions du Canard, par lesquelles il publie un fanzine trimestriel, Halbran. Dans ce fanzine, plusieurs auteurs professionnels (comme Li-An, Krum, les frères Coudray ou Pol) ou amateurs talentueux s’expriment en toute liberté. Les Éditions du Canard ont publié aussi des albums en noir & blanc de Roosevelt, comme Little Juan in Sloganland et la série Ce.

Texte © La boîte à bulles

 


  • Fabien Rypert

Fabien Rypert - Boogy et Rana T8

Fabien Rypert – Boogy et Rana T8

Fabien Rypert

Fabien Rypert

Né le 26 août 1964, rien ne le prédisposait à faire de la BD puisque ses études l’amènent à l’électrotechnique. C’est au club théâtre du lycée qu’il commence à réaliser quelques dessins pour les affiches des spectacles, puis dessine de plus en plus et stoppe les études en cours de BTS.

Après avoir travaillé sur divers chantiers, il intègre un studio de dessin où il apprend à encrer les personnages d’Astérix et de Disney. C’est en 1988 qu’il se lance seul, travaillant pour les USA (1ère série de cartes Boogy), la Suède (posters), les jeux Nathan , Disney etc… En 1990, Boogy revient avec une nouvelle série de cartes postales pour les Editions Dalix. 1992, mise en chantier des aventures de Boogy & Rana. « L’étang qui rétrécissait », le tome 1 sera publié en 1996 par les Editions Coeur de Loup. Ayant réalisé les mises en couleur des cartes Gaston Lagaffe, André Franquin lui fera le très grand honneur de lui préfacer son premier album.

Au festival d’Angoulême en 1997, il obtient avec Tarvel, le prix très recherché de l’Alph’Art jeunesse.

Le tome 8 de Boogy & Rana « Les dents de l’étang » est prévu pour 2017.

 

Texte © Auteur

 


  • Lomig

Lomig - Le Cas Fodyl

Lomig – Le Cas Fodyl

Lomig

Lomig

Lomig est un auteur autodidacte, scénariste et illustrateur, vivant à Rennes.

Il commence ce métier via le dessin d’humour avant de se lancer dans la bande dessinée en 2006, en publiant ses récits dans des fanzines.

En 2010, il publie l’excellent “Vacadab” (Le-Moule-à-Gaufres), une vision amère de la société contemporaine, vécue par un jeune commercial en quête de sens. Cet album, dont la qualité de la narration et des planches a été vivement saluée par les critiques, a également été exposé au musée de la bande dessinée à Angoulême en 2013.

 

La même année il signe “Magic Dream Box” chez le même éditeur, confirmant ainsi son talent pour le crayonné noir et blanc et l’analyse sans filtre des dérives de notre société.

 

En 2017, perpétuant son style dystopique digne d’un George Orwell de la BD, il publie “Le cas Fodyl” (Sarbacane), chronique sociale lynchante de l’évolution de l’emploi et de ses chômeurs écartés du système.

 

Assurément, Lomig est un auteur à ne pas manquer.

 

 


  • Lounis Chabane

Lounis Chabane - L'érection

Lounis Chabane – L’érection

Lounis Chabane

Lounis Chabane

Lounis Chabane est né en 1975, en France.

Dès sa sortie d’école, il entreprend de se former aux arts décoratifs sur Paris.

Pour ses débuts dans le 9e art, Lounis Chabane s’est tout d’abord tourné du côté de la science-fiction, en participant en 2003 à l’élaboration du premier tome de « Golden Cup », intitulé « Daytona » (ed. Delcourt), aux côtés de Daniel Pecqueur et d’Alain Henriet.

Cette même année, Lounis Chabane s’investit également dans le premier tome de « Carmen+Travis » (éd. Delcourt), album collectif réalisé sur un scénario de Fred Duval, et correspondant à un crossover entre les séries « Carmen Mc Callum » (éd. Delcourt) et « Travis » (éd. Delcourt).

Pour son premier album solo, Lounis Chabane reste dans le monde de l’Heroic Fantasy en créant l’univers de « Ligue Zéro » (éd. Soleil Productions) en 2004. Mais cette série n’ira pas plus loin que le premier opus intitulé « Big Bang ».

L’année suivante, en 2005, Lounis Chabane lance une nouvelle série « Ruden » (éd. Carabas), qui se compose de trois tomes, qu’il dessina entre 2005 et 2007, quittant par-là l’univers de science-fiction pour se consacrer aux aventures du policier Ruden. En parallèle, en 2007, Lounis Chabane sort l’adaptation en bande-dessinée du roman de Roger Knobelspiess « Voleur de poules » (éd. Carabas), sur un scénario de l’auteur.

En 2008, la collaboration avec Roger Knobelspiess se poursuit avec l’arrivée de l’album « Mesrine, l’évasion impossible » (éd. Casterman), consacré à l’évasion de Jacques Mesrine, dont Roger Knobelspiess avait été un témoin direct des faits.

Entre 2011 et 2012, Lounis Chabane va revenir au fantastique, avec la série « Si seulement » (éd. Bamboo Grand Angle), sur un scénario de Rodolphe, qui suit l’écrivain Joe Horton qui va rencontrer au fil de ces trois albums ses différents destins.

En 2014 et 2015, Lounis Chabane dessine les deux albums de la série d’aventures « Héléna » (éd. Bamboo Grand Angle), où l’on suit une relation amoureuse compliquée, scénarisée par Jim.

La complicité entre Jim et Lounis Chabane se poursuit en 2016-2017, avec « L’érection » (éd. Bamboo Grand Angle), où les deux tomes parus à ce jour parcourent la vie de couple et le désir.

 

 

 


  • Jytéry

Thierry Puyjarinet, mieux connu sous son pseudonyme Jytery, a vu le jour en 1961, en France.

Son activité artistique se répartit entre l’illustration, la bande dessinée et le story board.

Jytery publie son premier album, intitulé « Le Lien » (éd. Soleil Productions), en 1997. Cet album de style fantastique a été dessiné sur un scénario de Gemini.

En 2001, avec la complicité du scénariste Rodolphe, Jytery illustre la série policière « Arlequin » (éd. Joker Editions), qui suit les aventures d’un contre-saboteur dans le monde de l’hôtellerie. Ces quatre albums font suite à la série créée par Dany et Van Hamme débutée en 1979.

Après l’album « Opération Aigle Rouge » (éd. Waykup Comics) réalisé sur un scénario de François Corteggiani en 2007, Jytery se tourne vers l’humour avec la série « Plan Drague » (éd. Bamboo), sur un scénario de Christophe Cazenove, de 2007 à 2008.

Les trois années suivantes, Jytery se plonge dans le monde de l’aviation, avec la série humoristique « Les Héros Navals » (Zéphyr Editions), sur un scénario de Christophe Cazenove. En 2011, Jytery consacre un album sur l’A380, toujours sur un ton humoristique, avec « Airport » (Zéphyr Editions), sur un scénario de Pierre Veys. L’année suivante, Jytery s’intègre dans la série « Les fondus de » (Bamboo Edition) avec un album dédié à la randonnée, sur un scénario de Hervé Richez.

Actuellement, Jytery se consacre à une série animalière et humoristique sur le monde des mers et océans, avec « Les animaux marins en bande dessinée » (Bamboo Edition), sur un scénario de Christophe Cazenove.

A côté de tout cela, Jytery participe en tant que story-boarder pour de nombreuses séries animées à la télévision, telles que « Tortue Ninja », « Archie », « Esprit fantôme » et « Shaolin Kids », pour n’en citer que quelques-uns.

 

 


  • Stéphanie Dunand-Pallaz

Née en 1976 à Albertville, Stéphanie Dunand-Pallaz se passionne dès son plus jeune âge pour les histoires, toutes les histoires.

En 1998, une maîtrise de communication audiovisuelle/multimédia en poche, elle se tourne d’abord vers l’animation pour enfants et développe avec eux des ateliers d’écriture.

Son premier projet, en collaboration avec l’illustratrice Sophie Turrel, donne naissance à la série « Histoires de Chats », publiée chez Magnard-Jeunesse.

En 2004, elle publie son premier roman pour les 7/9 ans chez le même éditeur, « Isa et Zigomar », illustré par Karine Sampol.

La même année, elle fait ses premiers pas dans la BD sous le pseudonyme de Nini Bombardier en co-scénarisant « Les Voisins du 109 » avec Coyote pour « Fluide Glacial » puis en 2006 aux éditions du Lombard.

En 2009, elle reprend la série « Histoires de chats », rebaptisée « Les petits chats » chez Balivernes Editions, une joyeuse portée de minets qui compte à ce jour 16 albums et deux imagiers.

En novembre 2016, l’album « Les aventures extraordinaires du Père Limpinpin », toujours à destination des enfants, voit le jour aux éditions Chours avec David Ratte au dessin.

 

 


  • Sophie Turrel

Sophie est née en 1973 à Grenoble.
Auprès d’une famille créative, elle est baignée durant son enfance dans différents domaines des arts plastiques.
Après un Bac littéraire option arts plastiques, à 18 ans elle entre à l’école des Beaux-Arts de St Etienne où elle obtient, 5 ans plus tard, un diplôme de Design.
En 1997, elle revient dans la région Grenobloise où elle travaille comme illustratrice.
Avec différents graphistes, elle réalise des illustrations, des logos, des affiches, et développe des objets déco…
Depuis 1999, elle conçoit également la collection de cartes postales « Cache-cache » aux éditions des Correspondances.
C’est en 2003, que sont édités les premiers albums pour enfants de la collection “Les petits chats » : « Le chat Touillis » et « Le chat Mailleur » écrits par Stéphanie Dunand-Pallaz.
Sophie est aujourd’hui installée sur une montagne Savoyarde où elle travaille comme illustratrice et graphiste.
La collection « Les petits chats » continue à s’agrandir chez Balivernes éditions, elle compte aujourd’hui 16 titres tous déclinant des jeux de mots à partir des « chats ».
En 2016 est sorti le dernier titre « Le chat Teaufort ». Cette portée de minets n’a pas fini de s’agrandir…

 

 


  • Christophe Dubois (présent le samedi 20 uniquement)

Il était notre invité d’honneur il y a 3 ans, nous retrouvons Christophe Dubois cette année au festival !

Né en 1969 à La-Chaux-de-Fonds (Suisse), Christophe Dubois manifeste très tôt un intérêt pour la bande dessinée, mais choisit finalement de se tourner vers les Arts appliqués.

En conséquence, il devient graphiste, métier qu’il exerce pendant dix ans au sein d’une même agence.

Aujourd’hui, il revient à ses premières amours, sans pour autant délaisser le graphisme. De sa rencontre avec le scénariste Nicolas Pona est né «Le Cycle d’Ostruce», sa première bande dessinée accueillie au sein de la collection «Portail» du Lombard.

Dernièrement, il publie TER avec le tome 1 « L’étranger » aux Editions Daniel Maghen, un récit de science-fiction haletant, dépaysant et poétique. Le lecteur suit l’évolution des personnages qui découvrent peu à peu leur étrange planète…

Texte © Le Lombard / Daniel Maghen

 


  • Amélie Marchandot

Née il y a vingt-sept ans à Rodez.

Lauréate du Prix Claude-Nougaro en 2010 pour «Il était une fois Mélandy», elle a également reçu le prix Découverte Midi-Pyrénées 2013 pour son livre «Le Bel âge». Une version décapante, et à l’encre de Chine, du célèbre mot de Paul Nizan : « J’avais vingt ans, et je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie ». « C’est carrément autobiographique, concède volontiers Amélie. J’ai passé dix ans à Paris, à faire du théâtre, du dessin, à être un peu paumée, surtout… Tout le monde envie tes vingt ans et t’en parle comme d’un âge d’or. Bien sûr qu’il y a de bons moments, mais le bel âge ? Non, pas vraiment ! »

Son style graphique, dont elle précise qu’il « accompagne son propos », elle l’a trouvé en oubliant le «petit coup de mou» qu’elle a ressenti en voyant les dessins hautement virtuoses de quelques congénères surdoués.

Prends tes défauts et fais-en des qualités, dit la sagesse populaire. Amélie a aussitôt décidé d’épurer ce trait, le dégrossir et le réduire à sa plus simple, sa plus directe, sa plus efficace et percutante expression : « J’aime les dessins lâchés, et j’avoue ne pas bien connaître la technique ! Pour moi, un trait simple, peu de décors, ça suffit largement. Je suis autodidacte, je n’ai suivi aucune formation. Je dessinais quand j’étais enfant, comme tout le monde, mais c’est lorsqu’il a fallu illustrer et soutenir un texte que je m’y suis mise sérieusement, il y a trois ans. »

© Interview La dépêche

 


  • Damien Callixte

Formé aux arts plastiques et Diplômé de l’école Emile Cohl, Callixte est depuis indépendant depuis 2002 en tant que Dessinateur-Concepteur, en qualité d’auteur illustrateur et coloriste.

En 2010, il réalise « Eightball Hunter » sur un scénario de Michel Koeniguer tout en travaillant comme coloriste sur les « Enquêtes auto de Margot ».

Pour le troisième volume de cette série, il devient co-dessinateur, avec Olivier Marin, collaboration poursuivie sur le quatrième tome, « Le pilote aux deux visages », qui paraîtra en juin prochain.

Callixte est par ailleurs passionné de reconstitution historique et collabore à divers ouvrages sur le Moyen-Age.

Il conçoit également la série Cockpit aux éditions Paquet, avec un tome 2 « Catalina mon Amour » paru en 2016.

 


  • Baba (présent le dimanche 21 uniquement)

Bien que son physique agréable le promettait à une grande carrière de top model, Baba, contre toute attente, décide de perdre ses cheveux et de faire de la bande dessinée. Sa passion pour le cerf-volant et son amour des pizzas n’étant pas des atouts suffisants pour devenir bédéiste, il décide d’apprendre le métier dans la prestigieuse et onéreuse école Émile Cohl, mettant du coup toute sa famille sur la paille. Au bout de 3 ans, il en ressort avec un diplôme plus ou moins mérité, bien décidé à percer dans le neuvième art. Il ignorait alors qu’il allait en baver parce que la BD, c’est rigolo mais c’est pas fastoche. Il multiplie alors les petits boulots pour s’acheter du pain, en plaçant ici et là des illustrations dans des journaux, pour des associations et même pour la télé mais ce n’est pas encore le succès dont il rêvait enfant quand il lisait avec émotion ses BD de Lucky Luke, Astérix et autre Schtroumpfs. Puis un jour il rencontre Zep, ce qui ne change absolument rien à sa carrière mais c’était sympa. Au bord de la dépression, il décide alors d’ouvrir son blog et là, c’est le triomphe. Pas moins de 3 personnes se bousculent aussitôt sur ce site, laissant même parfois des commentaires cocasses et pertinents. Grâce au net, il rencontrent des gens, se fait connaitre auprès d’autres et de fil en aiguille, il lance en septembre 2006 avec ses compagnons Lapuss’ et Tartuff la série « Le Piou » dans le journal de Spirou. En septembre 2008, il sort avec la même équipe son premier album au titre évocateur Super Blagues – Finie la Rigolade dont le tome 2 Abus de Pouvoirs arrive quelques mois après en juin 2009. Puis après 3 ans de couveuse, « Le Piou » sort enfin de son oeuf sous la forme d’un bel album aux Éditions Dupuis. Caressant l’espoir que celui-ci connaisse une brillante carrière sur des centaines de tomes, Baba s’entoure en attendant de scénaristes compétents et drôles qui l’aideront à conquérir le monde de la BD… ou pas. Au pire, il lui reste toujours l’option du mannequinat…


  • Hyacinthe Reisch

Né en 1969, Hyacinthe Reisch est diplômé de la 1ère promotion du Centre National des Arts du Cirque à Châlons-en-Champagne. Il est le directeur artistique de la Compagnie Hyaquadire-que, fondée en 2008 à Genève. Acrobate-comédien de formation, musicien, peintre et poète autodidacte, il met en piste ou scène ses spectacles depuis plus de 20 ans, dont il dirige également la scénographie, compose et écrit l’essentiel des textes et de la musique. Ses premiers poèmes ont été écrits à l’âge de 8 ans, depuis il n’a jamais cessé d’écrire chansons, pièce, poèmes, et des livres pour enfant, Debout sur l’eau en 2015 suivi de Un peu plus loin ensemble en 2016 et de Pressé de patienter en mars dernier. Son travail artistique se caractérise par la recherche de formes nouvelles, l’exploration des contrastes, la réconciliation des contraires, et son amour des choses simples